Pour une citadelle créative…

Libérons la citadelle…

Initié par Gilles de Robien comme la suite du transfert des facultés dans le centre-ville et acté dès 2007, le projet d’aménagement de la Citadelle est en voie de réalisation. Mais les années 2000 ne ressemblent pas aux années 2010. Ce qui pouvait apparaître comme un acte urbanistique fort au moment où l’argent public n’était pas aussi rare, devient un Capture d’écran 2013-06-18 à 08.18.17investissement lourd dont on se demande bien quel sera le retour en terme de création d’emplois. Au point qu’aujourd’hui, l’opération ressemble en réalité ni plus ni moins qu’à un déménagement.

Un déménagement hors de prix qu’il convient de transformer en investissement créatif.

 

Un déménagement hors de prix …

Un déménagement qui est aujourd’hui chiffré à 106 millions d’euros (auxquels il faudra ajouter une seconde phase) et dont la Métropole assumera 46 millions. Les partenaires (Etat, Région, Europe) n’ont donc pas été avares de leur aide sur cette opération mais ils ont d’ores et déjà prévenu qu’ils n’assumeraient aucun dépassement de l’enveloppe initiale. La charge réelle de la Métropole pourrait donc s’envoler dangereusement. Mais que rapporte un déménagement ? Rien sinon qu’il permet à celui qui déménage, de mieux vivre (du moins on peut l’espérer).

Et pour un coût qui s’approche de celui du musée du Louvre-Lens !

Et c’est cette logique là, qui n’est plus aujourd’hui acceptable en raison de la crise, qu’il faut inverser.

…ou une Citadelle créative.

143778739Le lieu est symbolique et central pour la ville. Pourquoi ne pas faire de cette Citadelle, un haut lieu de la création ? un lieu où les universitaires, les étudiants, les chercheurs pourraient rassembler leurs talents pour imaginer des produits nouveaux ? un lieu qui serait un incubateur d’entreprises nouvelles dans le domaine des industries créatives ? qui établirait des dynamiques de coopération, source d’emplois nouveaux, avec les compétences de niveau mondial qui se situent à deux pas de la Citadelle : la santé, la chirurgie faciale d’un côté, le stockage de l’énergie d’autre part ? qui serait un espace de création pour les arts numériques, et ce, pour le plus grand plaisir de l’ensemble de la population d’Amiens, de France et d’Europe.

Amiens n’a pas pu avoir le musée du Louvre-Lens.

Amiens puisera dans ses talents pour avoir une Citadelle créative.

Benoît Mercuzot