L’économie, pierre angulaire de la politique municipale

Pas de petites phrases. Ni de gesticulations… mais une priorité: l’emploi.

P1140391bdD’emblée Benoît Mercuzot a cadré la première table ronde consacrée à l’économie, pierre angulaire de la future politique municipale après mars 2014. Dans une salle au 52 rue des Jacobins, bien adaptée à ce débat, Benoît Mercuzot donne sa vision du rôle du maire. Exit l’image d’un maire bâtisseur, les finances locales ne le supporteraient pas. Au contraire il faut imaginer un maire capable de catalyser les initiatives individuelles et collectives, de créer des liens entre toutes ces énergies et, enfin d’ouvrir la ville sur l’extérieur. Comment cet objectif peut-il être partagé par les acteurs économiques? Qu’attendent-ils du futur maire d’Amiens?

P1140368bdStéphane Conty, commerçant, ancien Président de la Fédération des commerçants d’Amiens, Maurice Duvanel, artisan, Sébastien Gilles, RDH de Goodyear-Dunlop Amiens ; Président de l’Association des industries nouvelles de la région d’Amiens (AINRA), Laurent Saint-Martin, Direction régionale, OSEO Picardie, Maki Meraoumia, président de ICS Direct, Jean Claude Parin, responsable du projet VillAvenir® Amiens mené par la Fédération BTP de la Somme, Michel Slama, professeur de médecine, Vice-président de l’UPJV, sont venus apporter leur contribution à ce débat.

Si certains n’ont pas hésité à soutenir ouvertement la candidature de Benoît Mercuzot, d’autres se sont limités à partager leur expérience et leur espoir. Le commerce mis à mal P1140417bdpar des décisions idéologiques et dogmatiques, c’est ce que retient Stéphane Conty de la mandature actuelle: « Faisons confiance aux commerçants pour dynamiser l’activité avec des règles du jeu stable ». Amiens souffre d’un décalage entre ses atouts et une image dégradée. Cette opinion, les intervenants ne sont pas loin de la partager. Mais ils préfèrent mettre en exergue les démarches innovantes.

P1140385bdJean-Claude Parin a détaillé le projet Amiens Villavenir, projet de réhabilitation des maisons amiénoises par les économies d’énergie. Michel Slama a déploré l’absence d’implication de la ville dans le rapprochement entre les chercheurs et les investisseurs. Or à écouter Laurent Saint-Martin, OSEO, qui disposant de 7 à 8 millions d’euros de crédit par an, rend de l’argent au ministère faute de projets à financer. Sujet brûlant , Goodyear défraie la chronique tant l’image donnée d’Amiens est déplorable.

P1140413bd

Pourtant, Sébastien Gilles insiste sur le rôle du maire auprès des investisseurs. C’est un véritable rôle de VRP que le maire doit endosser auprès des décideurs. Maki Meraoumia a plaidé pour la création d’une porte d’entrée unique, à l’initiative du maire, pour mettre en contact tous les acteurs de l’activité économique. La défaillance des entreprises, notamment les PME, résultent bien souvent d’un isolement. Toutes ces pistes vont être travaillées par Benoit Mercuzot afin de proposer des actions concrètes dans les prochaines semaines avec l’objectif de mettre en contact chercheurs et investisseurs, afin d’anticiper les évolutions technologiques source de création de richesse et d’emploi.

P1140380bdEn énumérant les noms des inventeurs amiénois comme Edouard Branly, Charles Tellier ou encore Charles Dallery, Maurice Duvanel a ouvert la voie d’une ville créative, capable de prendre son destin en main.

Un message d’espoir contre la fatalité

Pour télécharger l’introduction de Benoît Mercuzot, cliquer ici

LA PRESSE EN PARLE…

Pour lire l’article du Télescope, http://www.letelescope.info/

Capture d’écran 2013-03-05 à 16.38.08

Le Courrier Picard – 28 février 2013

Table ronde emploi CP 2 mars