Le Vivre ensemble, valeur sûre de « Rassemblés pour agir »

« Monsieur l’historien, qu’entendez-vous par votre proposition de création d’une brigade canine? ». Anodine cette question d’une participante qui se présente comme Conseillère Principale d’Education…pas tant que cela. Elle fait écho à tous ceux qui s’attendaient à un discours ultra-sécuritaire lors de la réunion publique de Brigitte Fouré, tête de liste « Rassemblés pour Agir », salle Dewailly mercredi soir. Mal leur en a pris. Car si Brigitte Fouré ne réfute pas, bien au contraire, le droit à la sécurité, droit républicain, elle a décidé de mettre cette deuxième réunion sous le signe du « vivre ensemble ».

Rapporteur du groupe de travail sur le programme municipal, auquel participent activement des représentants d' »Amiens ville créative »,  Jean-Marc Albert, universitaire Capture d’écran 2013-11-25 à 21.55.05proche d’Alain Gest, a décliné la politique de tranquillité que Brigitte Fouré, élue maire, entend insuffler à Amiens. « Il faut changer le regard sur notre ville » Etre en première ligne, inscrire notre action dans la durée, travailler ensemble en réseaux. C’est un véritable changement de cap que les élus de « Rassemblés pour Agir » entendent mettre en place, après un audit des actions de prévention et dissuasion mis en place par la majorité sortante. Si la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) porte ses fruits, Emilie Thérouin adjointe chargée de la sécurité a mis du temps avant de comprendre que la sécurité est une demande des habitants, préférant aborder ce sujet sous l’angle idéologique en début de mandat. Pour Jean-Marc Albert , c’est dès le début de la mandature qu’il faudra répondre à l’attente des habitants: » une ville où la tranquillité publique est gage d’une qualité de vie retrouvée ».

LA PREVENTION AFFAIRE DE CHACUN

Premier volet de cette politique, la prévention, affaire de chacun, tient un rôle fondamental. Elle vise à favoriser la responsabilité et l’autorité parentale, la médiation, la réussite éducative et l’insertion des jeunes: « La sécurité de chacun nécessite un travail en amont avec tous les acteurs de la cité. De l’amélioration de l’éclairage public au dialogue, de la diversité des approches selon les quartier à l’élaboration d’une politique éducative et sociale ambitieuse, c’est avec le concours des familles, des responsables politiques et associatifs, de la police que nous pourrions aider à rendre notre cadre de vie plus serein et plus propice au vouloir de vivre ensemble », indique le rapport de synthèse. Face aux incivilités, premières marches vers la délinquance, Jean-Marc Albert préconise la création d’un « carrefour des parents » où pourront être abordés les problèmes d’autorité et de responsabilité parentale avec l’aide de médecins, psychologues, acteurs socio-éducatifs et parents référents. Cette politique s’accompagne par le retour des adjoints de quartier ou adjoints de proximité, lien nécessaire entre les élus et la population. Pour autant Jean-Marc Albert avertit: tolérance zéro. « Une sanction pour chaque délit et verbalisation systématique des contrevenants auteurs de troubles ». Autre proposition forte: la création d’un conseil pour les droits et devoirs des familles qui convoquera les parents dès enfants posant des problèmes pour les alerter. Enfin Jean-Marc Albert souhaite établir le dispositif  » voisin vigilant » afin de briser l’isolement des personnes les plus fragiles, les personnes âgées en premier lieu tout autant que de prévenir les délits et cambriolages.

AMIENS VILLE SÛRE

« Nous envisageons de renforcer les effectifs de la police municipale » a, d’emblée annoncé Jean-Marc Albert. Mesure qui s’accompagne par une redéfinition de ses missions avec un soutien total et entier du maire. Ainsi les policiers municipaux pourraient être amenés à intervenir dans les transports collectifs au niveau métropolitain. L’instauration d’une brigade canine est proposée afin d’intervenir dans des situations délicates et de rassurer les riverains lors de grands rassemblements. En matière de vidéo protection, Jean-Marc Albert préconise une modernisation avec un système étendu aux bailleurs sociaux et aux transports. Un centre de Sécurité Amiénois transmettra ses images à la Police Nationale. C’est le signe d’un véritable partenariat avec la police nationale et la justice.

La police municipale veut jouer son rôle

En souffrance, la police municipale d’Amiens attend des élus des engagements clairs. Benoît Mercuzot entend lui redonner un rôle plein et entier.

P1140911bdEcouter avant de proposer. Le principe que défend Benoît Mercuzot a trouvé sa parfaite illustration mercredi sur le thème de la sécurité dont la police municipale est l’un des piliers. Quelles missions ? Quels moyens ? Pour répondre à cette question le candidat à la mairie d’Amiens avait réuni autour de cette table ronde Frédéric Foncel, président du Syndicat National des Policiers Municipaux-FO, Alain Melcus, secrétaire général de l’Union Régionale CFTC, Stéphane Legrand et Mathieu Volant, délégués régionaux SNPM-FO. Pas plus que les autres villes, Amiens n’échappe à l’insécurité et au sentiment qu’elle engendre et qui aboutit quelques fois à des comportements irrationnels. Or, il revient au maire de mettre en œuvre une politique de sécurité qui doit dissuader la commission des infractions et le cas échéant, aider à poursuivre ceux qui commettent de tels actes. Est-ce la voie qui est suivie à Amiens ? Lire la suite

Saint Maurice au quotidien

Saint-Maurice n’est sans doute pas le quartier le plus chaud en matière de sécurité. Qu’importe, Emilie Thérouin, adjointe chargée de la sécurité et de la prévention des risques urbains et Etienne Desjonquère, 1 er adjoint en charge de la démocratie locale, avaient choisi mardi soir la salle Bizet pour présenter les plaquettes de la municipalité afin de promouvoir le « bien vivre ensemble ».

Bilan et rôle de la police municipale, intervention des médiateurs sociaux, la machine semblait bien rôdée jusqu’à ce que Cédric Daulny, le président du comité de quartier Saint-Maurice ne donne la parole à la salle. Lire la suite