Journal de campagne ( semaine du 8 juillet)

Pour une Union … créative

Le mal fait par la municipalité Demailly à notre ville en 6 ans interdit à quiconque de prendre le risque d’une désunion qui ramènerait au pouvoir le même dogmatisme, la même inefficacité. Car quelque soit le nom retenu pour conduire l’équipe sortante, celle qui se présentera devant les électeurs avec la même étiquette aura les mêmes (in)capacités que la précédente.

168654657Tous les efforts doivent donc être faits pour aboutir à l’union de l’opposition et c’est en ce sens que je ne cesserai de travailler au cours des mois à venir.

Cette union commence d’abord au sein de l’UMP.

En raison des conditions dans lesquelles la Commission Nationale d’Investiture s’est déroulée, je peux considérer que sa décision ne s’impose à moi que si je le veux bien. Pour ne pas commencer à diviser mon propre camp, je prends acte de sa décision. C’est aussi dans cet état d’esprit que, très vite, j’ai rencontré Alain Gest et que nous avons commencé à définir les modalités d’un travail commun. Lire la suite

La mobilité au coeur de la campagne

Amiens-ville-créative cherche une alternative au projet de tramway défendu par la municipalité.

Les solutions existent comme l’a démontré la table-ronde consacrée à la mobilité, mercredi. Faute de la présence annoncée de Didier Hernoux, directeur de Kéolis, P1140956bddélégataire des transports amiénois, officiellement empêché par sa hiérarchie, la table-ronde sur la mobilité, organisée Amiens-Ville-Créative, aurait pu tourner court. Ce n’était sans compter sur la présence des autres intervenants dont Olivier Deleu, consultant, membre du Think Thank Transport Déplacement et surtout du public dont les interventions furent d’une remarquable pertinence.

D’emblée, Benoît Mercuzot a enterré le projet de tramway si en mars 2014 il est élu maire : « un tramway que nous n’avons pas les moyens de nous payer ». 150 millions d’euros d’emprunts, … l’addition est bien trop onéreuse pour les finances de la métropole dans un contexte économique qui ne brille pas par son opulence. Coût d’investissement auquel il faut ajouter les frais de fonctionnement. A Reims, le tramway inauguré en 2012 génère 6 millions d’euros par an, en coût de fonctionnement. Lire la suite

Journal de campagne (semaine du 27 mai)

NON au tramway « coûte que coûte »

Le tramway a été au coeur des débats du Conseil d’Amiens-Métropole du 30 mai. Gilles Demailly accélère le mouvement et fait prendre à la Métropole le risque financier d’engager le tramway « coûte que coûte ».

136494921Représentant de l’opposition à la Métropole, j’ai rejeté catégoriquement cette option.

Le contexte actuel est le pire qui puisse être pour prendre une telle décision:

– baisse des dotations de l’Etat
– incertitude lourde sur l’activité économique
– méconnaissance absolue des aides qui viendraient diminuer l’emprunt nécessaire au financement du tramway,
– faiblesse du niveau d’activité économique (combien de commerçants supporteront la baisse de leur activité liée aux travaux ?)

Le choix financièrement irresponsable du tramway empêchera de mettre en Lire la suite

Le 5 juin: quelle politique de mobilité pour Amiens?

Le projet de tramway a au moins un mérite: celui de susciter une réflexion sur la mobilité et les transports.

83266501Il a aussi une réalité: un coût si important qu’il va restreindre considérablement, s’il est mis en oeuvre, tout autre forme d’investissement, notamment dans des domaines fortement créateurs d’emplois.

Mais, surtout, ce projet apparaît en déphasage par rapport aux réflexions actuelles sur la mobilité, notamment dans des villes moyennes comme Amiens.

En effet, les politiques de déplacement privilégient désormais une diversité de solutions de mobilité, un «cocktail de mobilité», pour reprendre une expression nord-américaine.

La mobilité devient de plus en plus individualisée, intelligente et interactive: dans une même journée, on peut emprunter les transports en commun, marcher à pied, enfourcher un vélo, partager une voiture, et ce, avec l’aide de son smart phone qui va programmer son parcours….

Et puis, il y a d’autres sources d’énergie: développer à Amiens, une filière sur le stockage de l’énergie (nos chercheurs sont, dans ce domaine, de niveau mondial), c’est aussi développer des transports électriques…, des projets pilotes, pour attirer des investisseurs…

Cette mobilité du futur, il faut y réfléchir.

Amiens, ville créative, c’est aussi une mobilité créative….

Benoît Mercuzot

Candidat à la candidature pour 2014

pour télécharger le programme, cliquez ici

 

Journal de campagne (semaine du 29 avril)

Economie et transports

On le savait, on le redoutait, la crise économique est bien là et les chiffres de l’emploi 2012 le confirment malheureusement. Notre région est touchée plus que d’autres et trois 85429123secteurs souffrent principalement: l’industrie, le bâtiment et le commerce. C’est une raison supplémentaire de faire de la création de richesses et donc d’emplois la priorité des priorités de l’action municipale.

Parmi les conditions propices à l’économie, figurent les transports, les déplacements et de manière globale, la mobilité des hommes et des marchandises. Sur ce point, la semaine écoulée vient illustrer comment la gouvernance actuelle de la municipalité manque irrémédiablement de consistance. Lire la suite

L’environnement au coeur de la cité

Emploi, déficit, crise de confiance dans les politiques, sécurité… Difficile de faire une place à l’environnement dans le contexte actuel. Et pourtant Benoît Mercuzot, promoteur d’Amiens-ville-créative a tenu à réserver à l’environnement une place centrale dans l’élaboration de son programme en organisant sa deuxième table ronde, mercredi au Centre des Affaires rue des Jacobins.

P1140575

« Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement » a rappelé Benoît Mercuzot en préambule en citant l’article 2 de la Charte de l’environnement, un texte qui a, depuis 2005, valeur constitutionnelle. Ce devoir s’applique tout aussi bien aux collectivités qu’aux particuliers. Lire la suite