Journal de campagne (semaine du 22 avril)

Semaine de la mémoire

L’Anzac Day est l’occasion de cérémonies émouvantes comme celle qui, ce jour là, s’est déroulée à l’aube au mémorial australien de Villers-Bretonneux. Mais c’est aussi l’occasion 155395663de se rappeler comment Amiens, dans ces circonstances tragiques, est devenue une ville internationale… et a des moyens heureux de le redevenir. Bernard Devauchelle, rappelant les objectifs de l’Institut Faire Faces, lors de notre dernière table-ronde, en a apporté la démonstration. Les talents sont là, la volonté des acteurs aussi. Amiens-Métropole par contre, fait défaut (voir l’article du Courrier Picard « la recherche prend du retard » du 25 avril). En clair, il manque seulement un catalyseur pour que, dans ce domaine de recherche comme dans d’autres, les projets se concrétisent et apportent à Amiens cette renommée internationale qui lui fait aujourd’hui tant défaut. Lire la suite

Amiens s’ouvre sur le monde en regardant son passé

Jour de l’ANZAC Day, la table ronde a regardé le passé pour ouvrir Amiens sur le monde.

Amiens ville ouverte sur le monde et l’ANZAC Day. Quel rapport ? pouvait-on s’interroger en prenant connaissance de la 4ème table ronde organisée par Amiens-Ville-Créative, jeudi soir au Centre des Affaires, rue des Jacobins.

P1140662bdD’autant que cette table ronde réunissait autour de Benoït Mercuzot, un chirurgien, le Pr. Bernard Devauchelle, le maire de Pozières, Bernard Delattre, et deux professeurs, l’une de l’école Sagebien, Fabienne Bricau et l’autre du lycée Louis Thuillier, Catherine de Catheu.

Mais d’emblée, le talent du comédien Guillaume Paulette donnait la tonalité de cette table ronde en lisant un texte de Philippe Nivet, historien, spécialiste de la Grande Guerre. Il n’en fallait pas plus pour se convaincre qu’Amiens fût une ville internationale entre 1914 et 1918 : toutes les nationalités engagées dans ce conflit se croisèrent, même si encore aujourd’hui, et pour nombre de nos compatriotes, Verdun reste le symbole de la 1ere guerre mondiale en France, contrairement aux anglo-saxons qui attribuent ce titre plutôt à la Somme. Lire la suite

La 25 avril, participez à la table ronde: Amiens, une ville ouverte sur le monde

Organiser une table-ronde le jour de l’Anzac day, et à quelques mois du centenaire du début de la première guerre mondiale, a force de symbole.

Capture d’écran 2013-03-30 à 17.03.32Amiens a été, pendant des mois, une ville qu’on pourrait qualifier de mondiale: des soldats de dizaines de nations y étaient présents, venus de Chine, d’Inde, du Vietnam, d’Afrique et, bien sûr, d’Australie et d’ailleurs.

En temps de guerre, Amiens a su d’adapter, s’organiser, faire preuve de créativité pour remplir au mieux sa position d’arrière: approvisionner le front, soigner les bléssés, accueillir les centres de commandement… Lire la suite